Site réalisé par le pôle
de valorisation des Ifre

fmsh

Newsletter
Nom :
Courriel :
Pays :
Instit. :

Le réseau des Ifre sur facebookRejoingnez le réseau des Ifre sur Twitter

Les Ifre ?

Un réseau de 27 centres de recherche français, répartis sur tous les continents, abordant toutes les sciences humaines et sociales, en contact avec les institutions de recherche locales et françaises.

Petite histoire des Ifre...

You need to upgrade your Flash Player

appelFort de l’intérêt suscité par la table-ronde intitulée Fragrance et pestilence : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, organisée le 14 décembre 2012 à Beyrouth par l’Institut Français du Proche-Orient, le Bulletin d’études orientales consacre à ce sujet un dossier thématique.

argaiv1589

Quoique l’Orient soit traditionnellement considéré comme un monde de senteurs parfumées et épicées, la question du rapport des musulmans aux parfums et aux odeurs n’a à ce jour que peu intéressé les chercheurs. Bien qu’ayant à leur disposition des sources nombreuses et variées, tant matérielles, recueillies à l’occasion de fouilles archéologiques, que textuelles (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, œuvres littéraires, etc.), historiens et archéologues se sont le plus souvent contentés de quelques considérations générales, n’évoquant parfums, encens et onguents et n’en soulignant la diversité et la qualité, ainsi que le coût faramineux et les origines lointaines que pour illustrer le raffinement de la société arabo-musulmane médiévale ou son rôle dans les échanges commerciaux.

fesRuggero Vimercati Sanseverino, Fès et sainteté, de la fondation à l'avènement du protectorat (808-1912). Hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs, Centre Jacques-Berque, Rabat, 2014, 695 p.
Publié sur OpenEditions books le 9 septembre 2014

Véritable lieu de mémoire du Maghreb, Fès est l'une de ces villes historiques qui n'ont cessé de fasciner et d'inspirer un sentiment de sacré. Elle fut le confluent de multiples courants de la spiritualité musulmane, de la science religieuse, de la bénédiction (baraka) et de l'ascendance prophétiques.
À partir d'une documentation considérable et de sources d'époques différentes judicieusement exploitées, ce livre dresse avec profondeur et finesse un tableau historique de la sainteté à Fès, depuis sa fondation jusqu'au Protectorat en 1912. L'auteur réussit à faire revivre la tradition spirituelle de Fès en nous restituant son histoire, ses sources, ses représentants, les formes de leur expérience religieuse, et enfin l'empreinte qu'ils ont laissée dans la cité, sanctifiée par leur présence.
Il s'agit d'une contribution essentielle pour la connaissance du soufisme et de la sainteté, non seulement au Maroc où elle vient assurément combler un vide, mais aussi en islam. Sur un sujet aussi vaste qu'important, l'auteur a réalisé un travail qui sera vite considéré comme incontournable tant pour l'histoire religieuse du Maghreb que pour celle de la spiritualité musulmane. L'apport documentaire et la réflexion hagiologique seront utiles à un grand nombre de lecteurs, très au-delà des spécialistes.

linguistiquePierre Larcher, Linguistique arabe et pragmatique, Beyrouth, Presses de l' IFPO, 2014, 438 p.

Ce volume rassemble vingt articles, publiés entre 1983 et 1997 et tirés directement ou indirectement de la thèse de l’auteur (1980), consacrée à l’opposition ḫabar/inšā’, qui, dans la tradition linguistique arabe, sert à classer les énoncés. Ces articles sont ventilés en deux parties. La première, intitulée « Tradition linguistique arabe et pragmatique », est elle-même subdivisée en trois sections. La première section (« Le cadre général ») retrace le cheminement transdisciplinaire de la catégorie de ’inšā’ (« performatif » vs ḫabar « affirmation ») et le renouvellement que son apparition au VIIe/XIIIe siècle apporte aux trois ordres rhétorique, logique et grammatical, en révélant, pour ce dernier, une grande figure : le grammairien Raḍī al-dīn al-Astarābāḏī (m. 688/1289). La seconde section, après avoir listé les différents éléments pragmatiques qu’on trouve chez ce dernier, en propose des « analyses de détail » : délocutifs, déictiques, connecteurs pragmatiques. La troisième section (« Les sources ») présente des éditions modernes de textes anciens inédits permettant d’affiner les analyses précédentes. La seconde partie, intitulée « Liguistique de l’arabe et pragmatique », est le symétrique de la première. Elle n’utilise plus la pragmatique moderne pour questionner la tradition linguistique arabe ; elle utilise au contraire la tradition linguistique arabe pour questionner la maf‘ūl muṭlaq à incidence « énonciative », la négation, l’interrogation.

réseauJamais le besoin ne s’est-il fait autant sentir de comprendre les sociétés de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Jamais non plus les chercheurs spécialistes de ces zones n’ont-ils autant répondu à la demande d’information, d’expertise et d’analyse formée de toutes parts. A l’heure où cette région connaît de profonds bouleversements, est gravement menacée de déstabilisation et où s’expriment des aspirations à la liberté et à la démocratie, les Instituts français de recherche à l’étranger constituent un poste d’observation, un outil de compréhension et un moyen d’analyse irremplaçables.

Un pourcentage élevé des spécialistes a bénéficié de l’existence de ces instituts, qui font l’admiration de tous et suscitent leur envie. Il faut donc œuvrer à leur renforcement. Aucune opération de coopération ne peut prétendre à une telle rentabilité. Les budgets sont modestes, les personnels en poste peu nombreux, alors que la production scientifique est abondante, de même que la présence dans les médias et le conseil aux autorités diplomatiques. Les Instituts français de recherche dans cette région sont des lieux où se combinent depuis des décennies l’étude des sociétés et la formation des nouvelles générations de spécialistes. Formation et recherche vont de pair, et ne peuvent être crédibles qu’à la condition d’être ancrées dans la connaissance des sociétés locales.

chercheursL' IFPO recrute un chercheur en études contemporaines pour une prise de poste le 1er septembre 2015.

Date limite de candidature : 15 novembre 2014

Activités principales

  • Mener des projets et programmes de recherches individuels et impulser des programmes de recherche collectifs en lien avec les axes du Département des études contemporaines « Recompositions politiques au Proche-Orient » ; « Mutations des mondes du travail » ; « Observatoire urbain (espaces, sociétés, environnement) » ; « Pratiques sociales, normes et représentations ».
  • Animer les activités de l'établissement (organisation de séminaires, encadrement d'étudiants et formation de spécialistes locaux, accueil et animation du réseau des partenaires, publications, ...)
  • Organiser des manifestations scientifiques en partenariat avec des institutions locales, régionales et internationales
  • Assurer la visibilité des travaux par des publications dans des revues scientifiques de rang international ou chez des éditeurs scientifiques ; promouvoir la communication de l'établissement.
  • Rechercher des partenariats, mobiliser des ressources externes, co-financements privés (fondations, entreprises) et publics ( ANR, ERC, Horizon 2010, autres programmes européens...)
  • Favoriser les travaux de recherche en lien avec les autres UMIFRE

 

recrutementL' IFPO recrute un chercheur en archéologie et histoire de l'Antiquité pour une prise de poste le 1er septembre 2015.

Date limite de candidature : 15 novembre 2014

Activités principales

  • Mener des projets et programmes de recherches individuels et impulser des programmes de recherche collectifs , dans la zone de compétence régionale de l'IFPO , en lien avec les thématiques discutées en Conseil scientifique : Espaces publics et privés, échanges économiques au Proche-Orient, dans l'Antiquité
  • Animer les activités de l'établissement(programmes régionaux, organisation de séminaires, encadrement d'étudiants et formation de spécialistes locaux, accueil et animation du réseau des partenaires, publications, ...)
  • Organiser des manifestations scientifiques en partenariat avec des institutions locales, régionales et internationales 
  • Assurer la visibilité des travaux par des publications dans les supports de l'établissement ou dans des revues scientifiques de rang international ou chez des éditeurs scientifiques, promouvoir la communication de l'établissement
  • Rechercher des partenariats, mobiliser des ressources externes, co-financements privés (fondations, entreprises) et publics ( ANR, ERC, FP7, autres programmes européens...)
  • Contribuer à la formation de jeunes chercheurs (suivi de leur parcours animation des séminaires et ateliers de la recherche)
  • Favoriser les travaux de recherche en lien avec les autres UMIFRE

 

appelL' IFPO recrute un directeur scientifique du département des études arabes, médiévales et modernes pour une prise de poste dès que possible. 

Date limite de candidature : 1er octobre 2014

Résumé du poste

Initier et coordonner l'élaboration et la mise en oeuvre des projets individuels ou collectifs de recherche à la Direction du Département scientifique « Etudes arabes médiévales et modernes » dans les domaines suivants : archéologie et histoire de l'art du Proche-Orient à l'époque islamique (à partir du VIIe siècle) ; histoire du Proche-Orient depuis la conquête arabe (VIIe siècle) jusqu'à la fin de l'empire ottoman (1918) ; littérature arabe, classique et contemporaine ; linguistique arabe ; histoire de la pensée religieuse musulmane (« islamologie »), mais aussi chrétienne ou juive de langue arabe ; philosophie médiévale de langue arabe ; et histoire des sciences et des techniques dans le Proche-Orient d'époque islamique.

larsaJean-Louis Huot, L'E.babbar de Larsa aux IIe et Ier millénaires (Fouilles de 1974 à 1985), Beyrouth, Presses de l' IFPO, 2014, 294 p.

Présentation

Le temple de Šamaš à Larsa (sud Iraq), l’E.babbar, a été exploré par une mission française dirigée par Jean-Louis Huot de 1974 à 1985. Des travaux préliminaires, engagés auparavant par A. Parrot et J. Margueron, furent publiés dans Syria. Les fouilles récentes ont été l’objet de rapports de 1974 à 1978, dans Syria également, puis de livres plus substantiels aux éditions ERC. Il demeurait cependant dans les archives des relevés, des inventaires d’objets inédits et des descriptions architecturales précieuses. Ces publications préliminaires n’offraient pas de conclusions synthétiques.
Les événements consécutifs à la guerre du Koweit ont éloigné la perspective d’une reprise des travaux. Le temps était venu de nouer la gerbe. Cet ouvrage n’a pas l’intention de republier ce qui l’a déjà été. La quasi-totalité des relevés architecturaux et des objets présentés sont inédits. On a conclu par une synthèse sur ces vestiges qui s’étendent sur près de 300 m de longueur. Ces bâtiments appartenaient à des projets architecturaux juxtaposés sur une durée de près de deux mille ans. Sur le même site, mais selon des conceptions différentes, des souverains successifs se sont attachés à reconstruire, modifier ou agrandir un édifice digne de Šamaš, au cœur du pays de Sumer.

Vendredi, 12 Septembre 2014 10:07

Ifea/Dipnot : Saison de fouilles 2014

fouillesAvec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles. 
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

palmyreJanine Balty, Les mosaïques des maisons de Palmyre, Beyrouth, Presses de l' IFPO, 2014, 70 p.

La publication de ce fascicule permet de redonner vie au projet d’Inventaire des mosaïques antiques de Syrie (IMAS), né en 1990 avec celle de La mosaïque de Sarrîn (Osrhoène) (BAH 140). La préparation actuellement en cours d’un catalogue raisonné des mosaïques du Musée de Ma‘arret en-No‘man et celle d’un volume de synthèse sur les mosaïques de Shahba-Philippopolis constitueront une nouvelle étape dans la poursuite de cette série, en attendant des développements ultérieurs. La Syrie prendrait ainsi la place qui lui revient dans le programme des Corpusde mosaïques, pays par pays, lancé naguère à l’initiative d’Henri Stern.

tunisieLe concept de la protection sociale est caractérisé par des liens complexes entre les acteurs publics et privés, la société civile et les individus. Dans les pays de l’OCDE l’État a longtemps joué le rôle d’un garant de la protection sociale. Mais dès le début des années 1970 de nouveaux modèles de protection remplacent de plus en plus le concept d’un soutien étatique global. Les processus de mondialisation et de tertiarisation ainsi que les dettes publiques croissantes renforcent cette évolution. Fondés sur les principes du néolibéralisme ces modèles s’appuient sur l’idée de la responsabilité individuelle. Ce changement de paradigme se révèle notamment dans le domaine de l’emploi : de nouvelles approches dans la politique de l’emploi se basent sur des mesures d’activation mettant l’individu et son « employabilité » au centre des stratégies de lutte contre le chômage.

turquieLe 6 septembre, le gouvernement d’Ahmet Davutoğlu a obtenu la confiance du parlement par 306 voix contre 133. Ainsi s’achève les phases essentielles de la transition politique provoquée en Turquie par l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République, le 10 août dernier. Mais plus qu’à un changement de personnes, nous venons d’assister à un véritable changement de régime.

L’intérim de deux présidents et de deux premiers ministres

Élu président dès le premier tour avec près de 52% des suffrages, Recep Tayyip Erdoğan, dont le résultat a été consacré par le YSK (Conseil supérieur des élections) dès le 15 août, n’a pas abandonné pour autant ses fonctions gouvernementales. L’aspirant président a attendu pour le faire, la veille de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur, Abdullah Gül. Entretemps, il s’est employé à mettre en place son successeur à la tête du gouvernement, annonçant lui-même, dès le 21 août, le choix d’Ahmet Davutoğlu après la réunion des instances dirigeantes du parti et le faisant ratifier par un congrès extraordinaire, le 27 août. Ce n’est que le 28 août, jour de son intronisation à la présidence, que le Journal officiel a annoncé son élection.

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 47