Site réalisé par le pôle
de valorisation des Ifre

fmsh

Newsletter
Nom :
Courriel :
Pays :
Instit. :

Le réseau des Ifre sur facebookRejoingnez le réseau des Ifre sur Twitter

Les Ifre ?

Un réseau de 27 centres de recherche français, répartis sur tous les continents, abordant toutes les sciences humaines et sociales, en contact avec les institutions de recherche locales et françaises.

Petite histoire des Ifre...

You need to upgrade your Flash Player
L'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain ( IRMC) a accueilli le 30 janvier 2015 une conférence du sociologue Michel Grossetti dont l'intitulé était « les réseaux personnels et leurs évolutions ». Cet évènement coordonné par Hasnia-Sonia Missaoui, sociologue en délégation à l'IRMC, s'inscrivait dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud « Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » et de la programmation scientifique de l'IRMC.

Directeur de recherche au CNRS et directeur d'études cumulant à l' EHESS, Michel Grossetti était invité à intervenir sur les réseaux sociaux, une thématique à laquelle il a consacré une part essentielle de ses travaux de recherche. Il a d'ailleurs coécrit avec Claire Bidart et Alain Degenne l'ouvrage La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, publié en 2011. Michel Grossetti était accompagné d'Imed Melliti, chercheur détaché de l'Université de Tunis à l'IRMC et qui était présent en qualité de discutant lors de cette séance.

argaiv1203

Kenya's Past as Prologue. Voters, Violence and the 2013 General Election, edited by M-A. Fouéré, S. Mwangi, M. Ndeda & C. Thibon , IFRA (2015).

"During the run-up to Kenya's 2013 general elections, crucial political and civic questions were raised.Could past mistakes, especially political and ethnic-related violence,be avoided this time round? Would the spectre of the 2007 post- electoral violence positively or negatively affect debates and voting? How would politicians,electoral bodies such as the IEBC, the Kenyan civil society and the international community weigh in on the elections?...The book's centre stage tries to explore Kenya's inescapable past and whether it would prepare the scene for a new political order."

The book will be available in all Nairobi's bookshops and through African Books Collective. Book launch and discussions to come!

Click_http://ifra-nairobi.net/wp-content/uploads/2015/05/KENYA-PROLOGUE_table-contents-pdf.pdf to find out more about the book's content.

L'OVIPOT publie le deuxième volet d'un article d'Amr Bahgat, qui essaie de faire le point sur les relations turco-égyptiennes, alors que le contexte régional s'est encore complexifié récemment. Après avoir abordé, dans son premier volet (cf. notre édition du 18 avril 2015), les causes de la dégradation des relations entre les deux pays et les positions officielles de part et d'autre, la présente étude analyse les motivations qui sont celles de la Turquie et s'interroge sur l'avenir des rapports entre Ankara et Le Caire.
Quatre ans après le départ de Ben Ali, un an après l'adoption de la Constitution de la IIeme République tunisienne, un mois enfin après la période des élections législative puis présidentielles, la Tunisie s'est dotée d'un gouvernement par un vote d'approbation au cours duquel 166 voix sur 217 se sont portées en faveur de l'équipe menée par le Chef du gouvernement Habib Essid, désigné par le président de la République nouvellement élu Beji Caïd Essebsi[1].

Une Constitution adoptée, une Assemblée des Représentants du Peuple (ci-après « ARP ») élue, un gouvernement formé : la période n'est maintenant plus aux campagnes mais au travail pour les pouvoirs exécutif et législatif en vue de constituer les instances indépendantes et répondre aux objectifs d'une démocratie moderne dans le respect des droits fondamentaux[2], sous le regard de la société civile[3]. Pour cela, le rôle du Législateur est à la fois d'accompagner et de contrôler l'Exécutif. Ce rapport, prévu dans la nouvelle Constitution, est précisé dans le Règlement intérieur (ci-après « Ri2015 »)[4], tout comme le Règlement intérieur de l'Assemblée nationale constituante (ci-après « Ri2012 »)[5] encadrait les travaux de l'Assemblée nationale constituante (ci-après « ANC ») prévue par la Loi constituante relative à l'organisation provisoire des pouvoirs publics (ci-après « LCst »)[6].

En période de transition et alors que n'existe pas encore la Cour constitutionnelle compétente pour contrôler le Ri2015[7], celui-ci est central en ce qu'il explicite et encadre les relations entre les acteurs politiques chargés de créer la loi, de diriger l'administration et de s'équilibrer selon la théorie de la séparation des pouvoirs. Il apparaît nécessaire de l'analyser afin de clarifier les relations de contrainte et d'influence qui vont se produire entre les acteurs politiques : le gouvernement et le législateur (I), mais aussi entre les partis politiques au sein de l'ARP et de ses commissions (II).

Commençons par saluer l'initiative d'organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d'une Tunisie propulsée par l'actualité au centre d'interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d'un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l'association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s'est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l'effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l'énergie de la société civile culturelle et scientifique.

Je me limiterai à quelques réflexions inspirées par l'écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances (Une "modernité tunisienne" ? ; Où en est l'état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ?) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

En 1999, le parti pro-kurde HADEP1 remporte la mairie de Diyarbakır, alors que la région est encore sous état d'exception. La ville – aussi considérée comme la capitale du Kurdistan, au moins du Kurdistan turc – sortait de 15 ans de guerre et est alors progressivement reconstruite, d'abord de manière discursive, comme une ville multiculturelle.

Le multiculturalisme a été embrassé en partie, au début au moins, comme un euphémisme pour parler de la culture et de l'identité kurde. Mais dès le premier mandat du parti pro-kurde, quand on parle de « multiculturalisme » ou de « fraternité entre les peuples », c'est aussi en référence aux populations de la ville, désormais quasiment disparues, par vagues successives, depuis la Première Guerre mondiale : Assyriens, Chaldéens, Juifs, Arméniens.

Histoire du Proche-Orient contemporain  Leyla DAKHLILeyla Dakhli, Histoire du Proche-Orient contemporain, édition La Découverte, collection Repères, mai 2015.

Retraçant l'histoire du Proche-Orient au XXe siècle en portant le regard sur les sociétés, cette synthèse entend situer les révolutions de 2011-2012 dans une généalogie des luttes dans la région. Contre la vision d'un monde arabe secoué de guerres et de soubresauts plus ou moins irrationnels, l'auteure écrit ici l'histoire des sociétés et des changements qui les affectent de la fin de l'Empire ottoman aux États modernes, en passant par la période de domination coloniale de l'entre-deux-guerres.
La journée d'étude intitulée « Littérature tunisienne et révolution », co-organisée par l' IRMC et le CERMOM-INALCO, s'est tenue le 6 novembre 2014 au CREDIF, à Tunis. Elle a réuni des chercheurs et des acteurs culturels, tunisiens et français, pour poser les jalons d'une réflexion sur les changements de la création et du champ littéraires depuis 2011 en Tunisie.
Jeudi, 07 Mai 2015 11:22

Les Allemands décomplexés !

Sébastien Vannier, Les Allemands décomplexés !, collection Lignes de vie d'un peuple, édition Ateliers Henry Dougier, mai 2015.Les Allemands decomplexes ! VANNIER, SEBASTIEN

ISBN : 979-10-93594-48-4

De l'Allemagne, notre si proche voisine, nous croyons tout connaître : son passé qui a ravagé l'Histoire européenne, son modèle économique à succès ou même ses quartiers berlinois « underground ». Mais ces sujets récurrents sont loin de couvrir la richesse et la diversité de ce pays à la fois fascinant et jalousé. Sébastien Vannier nous offre dans Les Allemands, décomplexés, un tour d'Allemagne très utile, sous forme de reportages et d'entretiens avec des personnalités qui font la société allemande d'aujourd'hui et de demain.

LE CAS DU PARC DU TASSILI N’AJJER ET DU RITUEL DE LA SEBEIBA DE L’OASIS DE DJANET EN ALGÉRIE.

L’objet de notre recherche doctorale vise à tenter de définir les relations et les mises en relations entre le parc du Tassili n’Ajjer, classé sur la liste du patrimoine mondial en 1982, et le rituel de la Sebeiba Tileline de Djanet, inscrit sur le Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2014. Par « relations », nous entendons tout ce qui relève des liens d’interdépendances entre les éléments du patrimoine susmentionnés. Tandis que par « mise en relations », nous supposons une éventuelle liaison à travers des actions de promotions et/ou de lectures effectives par certains acteurs favorisant la connexion entre les éléments classés. S’il convient d’admettre le rapport commun qu’entretiennent ces éléments du patrimoine avec l’ UNESCO à travers leur inscription sur ces listes respectives, il paraît aussi important de relever une dichotomie effective par l’appareil UNESCO entre le patrimoine mondial – alias matériel, naturel et culturel – et le patrimoine immatériel au sein de la grande famille du patrimoine. Toutefois, les directives internationales de cette organisation onusienne concernant le tourisme ne manquent pas de préconiser la mise en avant d’un ensemble du patrimoine culturel (matériel et immatériel) de la destination afin de favoriser la durabilité de son développement à travers un tourisme dit « durable ».

 

Suite aux évènements dits du printemps arabe, plusieurs pays ont changé de constitution, et ce après différents évènements : révolution, coup d'État, changement institutionnel. Ceci entraîne une évolution des relations entre les forces armées, institution à la base du paradigme wébérien, et le pouvoir civil. Ces transformations seront d'autant plus intéressantes à comparer que les forces armées, acteurs présents dans chacun des États de mon étude, ont agi différemment lors des évolutions politiques qu'ont traversé leurs pays : soumission au pouvoir civil en toutes circonstances au Maroc, retrait volontaire de la scène politique en Tunisie, intervention de premier plan en Égypte.

CEDEJ (French Research Centre for Social Sciences) in Khartoum and CFEE (French Centre for Ethiopian Studies) in Addis Ababa invite interested participants to a scientific conference that will take place in Khartoum, 16-18 November, 2015.

Supported by the Institut français in Paris, the conference aims to create an overview of the current state of research on migrations in the Horn of Africa. It will focus on the recent fieldwork conducted in the migrants' and exilees' areas of origins, transit and destination.

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 56