Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: Japon
Restructuration du monde chinois : le début ? par Stéphane CorcuffLes dossiers géopolitiques est-asiatiques dans lesquels la Chine joue un rôle peuvent de moins en moins être analysés de façon distincte les uns des autres. La question des Senkaku (Diaoyutai) pose les mêmes questions que celle des forages pétroliers en mer de Chine du Sud. Les références croisées sont de plus en plus fréquentes entre les mouvements sociaux et civiques taiwanais, hongkongais, macanais et cantonais contre la projection par Pékin de son pouvoir sur leurs territoires. Le réarmement japonais prôné par Abe Shinzô et les mises en gardes américaines sur l'assertivité chinoise en mer de Chine du Sud ne sont démotivées en rien par l'adoption par Taipei de positions plus prochinoises que dans le passé. Il y a un stimulant commun à tous ces mouvements, qui font bouger l'Asie de l'Est sur le plan géopolitique : la puissance croissante de la Chine qui s'affirme désormais sans complexe.
Article publié dans la catégorie : Actualité du CEFC - Hong-Kong
La MFJ est membre d'un nouveau Laboratoire international associé consacré à la protection humaine et à la réponse au désastre à Fukushima Le CNRS a créé le 4 octobre 2013 un Laboratoire international associé (LIA) consacré à la protection humaine et à la réponse au désastre à Fukushima, en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères, l'université Lille 1 Sciences et technologies, l'université de Fukushima et l'université Doshisha à Kyoto.

Les membres de ce LIA sont le Bureau français de la Maison franco-japonaise (Ministère des Affaires étrangères/CNRS), le Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE, CNRS/Université Lille 1 Sciences et technologies), le FUkushima FUture Center for REgional Revitalization (FURE Center) de l'université de Fukushima et la Graduate School of Global Studies de l'université Doshisha à Kyoto.

argaiv1236

Depuis l'accident de Fukushima, ces quatre partenaires menaient une réflexion commune sur la notion de sécurité humaine : leurs chercheurs étudiaient le rôle et la responsabilité de la science dans l'analyse des enjeux de la situation, la gestion du désastre, les conséquences économiques, sociales, sanitaires et morales pour les populations.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

Ebisu-Etudes Japonaises numéro 50Ebisu, Numéro 50, Automne-Hiver 2013

ISSN : 1340-3656

Ebisu, fondée par la Maison Franco-Japonaise en 1993, est une revue scientifique en sciences humaines et sociales qui publie des travaux en langue française – articles, traductions commentées, états de la recherche, comptes-rendus de publications – dans le domaine des études japonaises. Nombre d’articles se situent dans une approche comparatiste avec la Chine ou la Corée ou certains pays d’Asie du Sud-Est. Les articles publiés concernent surtout des questions de culture, de philosophie, d’anthropologie, de sociologie, d’économie, de géographie humaine et sociale, le plus souvent avec une dimension historique.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

Chinese Visions of Japan: Official narratives of a troubled relationshipChinese Visions of Japan: Official narratives of a troubled relationship, China Perspectives, 2013/4, 84 p.

"A resurgent China nowadays looms ever larger in the public consciousness of its East Asian neighbours, with implications not just for their external relationships, but also for their domestic political dynamics. However, Japan still supplies, as it has for over a century, the benchmark of successful "catch-up" modernisation for states, including China, that see themselves as still "catching up." For authoritarian governments keen to minimise "spiritual pollution," Japan has also long provided a model for the selective preservation of native "essence" alongside imported modern "technology," even while attracting condemnation for the nationalistic excesses associated with this enterprise: colonialism, invasion, and associated brutality. And at the popular level, the impact of Japanese culture – high-brow, low-brow, literary, or visual – on the societies of the region has been manifold and profound."

(...)

Editorial by Edward Vickers

Article publié dans la catégorie : Actualité du CEFC - Hong-Kong

ebisuLa revue Ebisu – Études japonaises vient d’inaugurer son nouveau site sur le portail Revues.org à l’adresse URL suivante :http://ebisu.revues.org/

Le site, qui a été développé grâce à l’équipe du Cléo d’OpenEdition, est d’une grande qualité graphique, ergonomique et technique comme vous pourrez le constater en le découvrant et en naviguant d’une page à l’autre suivant votre intérêt scientifique ou votre curiosité personnelle. En outre, tous les articles sont en accès libre et peuvent être téléchargés gratuitement au format PDF.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

L'InSHS ouvre un appel à candidature pour attribuer quatre contrats doctoraux de 36 mois. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont éligibles. Les étudiants déjà inscrits en doctorat ne peuvent pas déposer de dossier. Les doctorants seront affectés dans une unité de recherche du CNRS en France et devront obligatoirement séjourner 20 mois dans une unité de recherche du CNRS à l'étranger.

Le contrat doctoral débutera le 1er novembre 2014.

En 2014, la mobilité vers l'étranger devra s'effectuer vers des unités de recherche de l'InSHS-CNRS situées dans les pays suivants: Chine, Etats-Unis, Inde, Japon, Mexique, Pérou, Pays de l'ASEAN, Taiwan. 

Date limite de candidature : 30 mai 2014

Article publié dans la catégorie : Actualités des IFRE
cahierebisu3 MFJ, Tokyo, mars 2013, 40 p.

Cette collection dite Occasional papers reprend la tradition, interrompue pendant quelques années, des cahiers que publiaient les chercheurs français en poste à Tokyo depuis 1924. Entre temps est née, en 1993, une revue Ebisu, ce qui a modifié le contexte des publications. C’était un des premiers effets de ce que depuis 1978, la forme de l’implantation en ce lieu, est devenue celle d’un centre de recherche. Ces Occasional papers constituent donc un nouveau support organisé autour d’Ebisu dont ils forment Les Cahiers.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

Ebisu48La rédaction d’Ebisu, en lien avec un projet de recherche sur l’archéologie, le patrimoine et la construction de l’identité nationale au Japon, lance un appel à contributions portant sur les questions de la lisibilité et du sens donnés aux vestiges et aux traces du passé, jadis et aujourd’hui, en Asie de l’Est.

Date limite d'envoi des propositions d'articles : 1er septembre 2013

L’affirmation de la conscience nationale a été accompagnée d’une redéfinition du passé, de sa matérialisation, de sa patrimonialisation, dans les musées, certes, mais également dans la mise en valeur de « grands sites historiques ». Cette mise en scène du passé est apparue dans le contexte de construction de l’État-nation pour le Japon et les pays d’Europe occidentale, mais également du fait du pouvoir colonial, pour se voir ensuite réappropriée, après les indépendances, par les pays décolonisés. Aujourd’hui, la mondialisation, si elle tend à « connecter » plus que jamais les différents marchés, fait également se modifier les délimitations de la « conscience de peuple ». Dans ce nouveau cadre, les politiques culturelles prennent une importance capitale, fixant de nouveaux caps. En témoigne – ne serait-ce que pour la Corée ou le Viêtnam et la Chine, plus anciennement pour le Japon – la passion pour les découvertes archéologiques, mais aussi leur utilisation aujourd’hui éclatée entre secteurs public et privé, ou entre échelles nationale et régionale. L’archéologie a été – et demeure – un des outils majeurs dans la construction du discours sur les origines des peuples.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

Ebisu48Ebisu, Numéro 48, Automne-Hiver 2012

ISSN : 1340-3656

L’année 2011 vit le centenaire de la création de Seitō 青鞜 (Les Bas-bleus), la première revue littéraire créée uniquement par des femmes . Le nom de la revue, publiée par l’association Seitōsha 青鞜社 fondée en juin 1911, est une traduction en sino-japonais de Bluestockings, qui désigne les membres du célèbre salon littéraire présidé par Elizabeth Montagu (1720-1800) à Londres . La revue naquit sous les auspices de l’apparition de la « femme nouvelle », objet de représentations fantasmées diverses, symbolisant l’entrée des femmes dans la modernité. Les articles publiés dans ce dossier sont issus en grande partie des journées d’étude « Autour du centenaire de Seitō », organisées à la Maison franco-japonaise en septembre 2011.

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise

mfjL'Institut français de recherche sur le Japon de la Maison franco-japonaise (USR 3331 du CNRS,http://www. MFJ.gr.jp), centre pluridisciplinaire consacré aux sciences humaines et sociales sur le Japon moderne et contemporain, peut accueillir des enseignants chercheurs des universités françaises en délégation au CNRS.

Pour la campagne 2013, l'institut pourra accueillir des enseignants-chercheurs dont les projets s'inscrivent dans le domaine de l'étude du Japon moderne et contemporain, en particulier dans les disciplines de la sociologie, de l'économie, de l'histoire, de l'histoire culturelle.

Dépôt du dossier (après avis favorable du CA de l'établissement d'origine) par les présidents d'universités ou les directeurs d'établissement, auprès du CNRS : 12 février 2013

Article publié dans la catégorie : Actualité de la Maison franco-japonaise
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 3