Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: Syrie

cartoLe 22  septembre 2014, Ahmet Davutoğlu, le nouveau Premier ministre turc – ancien ministre des affaires étrangères –, dans une interview-fleuve sur la rocambolesque libération des 46 otages turcs de l’ISIL, déclarait à propos de la frontière turco-syrienne : « C’est une frontière très bizarre en fait. Elle sépare des gens qui sont tellement étroitement apparentés. » On sait en effet que dans les négociations avec ISIL les Renseignements turcs (M.İ.T.) sont passés par le truchement de tribus arabes – et de leurs autorités religieuses – présentes des deux côtés de la frontière. Celle-ci est le produit hasardeux d’un contexte historique précis (la Première Guerre mondiale) et d’une série de vicissitudes liées à l’évolution des rapports de force sur le terrain comme à l’échelle internationale : accords Sykes-Picot (1916), traité de Sèvres (août 1920), accord franc-turc secret du 11 mars 1921, accord franco-turc du 20 octobre 1921 (article 8), traité de Lausanne (juillet 1923), accord franco-turc « d’amitié et de bon voisinage » du 18 février 1926…. Cette relativisation, voire cette remise en cause, d’une frontière internationale par Davutoğlu, semble, dans l’esprit de ce dernier, permettre de rendre plus compréhensible la situation actuelle, les opérations de sauvetage, comme les mouvements inouïs qui affectent la dite frontière depuis quelque temps. Les Kurdes de Turquie comme ceux de Syrie développent aussi un discours de relativisation insistant sur la présence de Kurdes, souvent apparentés, de part et d’autre de la frontière, malgré les lourdes politiques d’ingénierie démographique, d’arabisation et de turquification conduites par les deux États centraux concernés dans les années 1960-1990. Par-là on voit combien les arguments convoqués par les différents acteurs pour relativiser la raison d’être de la frontière peuvent changer, d’autres groupes convoquant l’« unité musulmane » pour ne pas reconnaître la frontière (arguant du fait que des deux côtés de celle-ci vivent des musulmans sunnites).

argaiv1181

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

otagesAux premières heures du 20 septembre, les 49 otages turcs de l’Etat islamique on été libérés après 101 jours de captivité. Ils étaient en effet dans les mains de l’organisation djihadiste depuis que celle-ci s’était rendue maître de la ville irakienne de Mossoul en juin 2014. Parmi eux, on comptait le consul de Turquie à Mossoul, les personnels de son consulat et leurs familles, 3 agents irakiens.

Le contexte de la libération encore mal connu

Les conditions de la libération de ces otages ne sont pas encore très claires. Il faut dire que depuis le début, le gouvernement a souhaité tenir les média à l’écart de cette affaire. Ahmet Davutoğlu a été le premier à en parler samedi, au petit matin, alors qu’il se trouvait en visite officielle en Azerbaïdjan, évoquant «une intensification» des démarches de libération. Le premier ministre s’est immédiatement rendu à Şanlıurfa près de la frontière turco-syrienne, afin d’accueillir les otages. Quelques heures plus tard, le président de la République Recep Tayyip Erdoğan a, lui, évoqué une «opération» conduite par les services turcs de renseignement (le MIT). Par la suite, des sources diplomatiques, ayant requis l’anonymat, ont précisé que le gouvernement turc n’avait pas eu recours à l’aide de services de renseignement étranger, qu’aucune rançon n’avait été versée et que la libération n’avait pas résulté d’une action militaire.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive. Volume IISous la direction de Michel al-Maqdissi, Frank Braemer, Jean-Marie Dentzer et Eva Ishaq, Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l'Antiquité tardive. Volume II, Presses de l' IFPO, Beyrouth, 2013.

Présentation

Après une phase d’exploration très fructueuse, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, suivie d’une longue période de désintérêt de la part de la communauté scientifique, les études archéologiques dans le Hauran et les régions environnantes ont repris en 1974. La publication du recueil Hauran I (1985-1986), puis celle des actes du colloque réuni à Suweida en 1990 par la DGAMS (1997), faisaient connaître un ensemble de contributions pluridisciplinaires qui dressait un état des connaissances et relançait les principaux corpus et inventaires en cours portant sur l’épigraphie, l’architecture et la céramique régionales. En 2007, le colloque de Damas a montré d’abord combien se sont multipliées les interventions sur le terrain, qu’il s’agisse d’études de site ou de programmes thématiques régionaux. Les projets Balnéorient et Atlas des sites pré- et protohistoriques de Syrie du Sud ou encore l’inventaire des maisons villageoises d’époque romaine permettent ainsi d’aborder de manière nouvelle, sur la longue durée, les questions de l’occupation du sol et du développement local, de l’urbanisme et de l’architecture.
Des corpus d’études sur les périodes pré- et protohistorique ont aussi été constitués. En une vingtaine d’années, on est passé de la collecte d’informations relativement ponctuelles, recueillies sur des sites éloignés les uns des autres, à une recherche de terrain plus dense et systématique, fouilles et prospections confondues, dont les résultats permettent de donner aujourd’hui à la Syrie du Sud une place tout à fait significative, à l’échelle du Levant Sud, de la période natoufienne à l’âge du Fer.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
Mardi, 03 Décembre 2013 10:47

Publication Ifpo : Syria, tome 90, 2013

Syria, tome 90, 2013Syria, tome 90, année 2013, Presses de l' IFPO, Beyrouth

Syria, qui paraît depuis 1920 sans interruption, est publiée par l’Institut Français du Proche-Orient, en une seule livraison annuelle. La revue se consacre à l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient sémitique (y compris Chypre) de la préhistoire à la conquête islamique. Elle publie des articles dans toutes les disciplines de ce champ de recherche, archéologie, épigraphie, philologie, histoire, histoire de l’art ; ces articles peuvent être quelquefois regroupés en dossiers thématiques, mais le plus souvent chaque volume tente de donner, à travers 12 à 18 articles, un panorama varié de la recherche au Proche-Orient ancien. Les langues employées sont le français, l’anglais, l’allemand, l’italien et l’espagnol. Tous les articles sont précédés d’un résumé en français, en anglais et en arabe. La revue publie aussi à l’occasion de courtes notes d’actualité, et consacre dans chaque numéro un épais cahier aux recensions d’ouvrages parus sur le Proche-Orient ancien.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
Pas de printemps pour la Syrie (La Découverte, 2013)Sous la direction de François Burgat et Bruno Paoli, Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), La Découverte, Paris, 2013, 240 p..

À l’occasion de la parution du livre Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux éditions La Découverte (sortie officielle le 5 décembre 2013), nous vous proposons de découvrir le sommaire de cet ouvrage dirigé par François Burgat, directeur de l’ IFPO de 2008 à 2013, et Bruno Paoli, directeur du département scientifique des études arabes médiévales et modernes de l’Ifpo. De nombreux chercheurs de l’Ifpo (actuels ou anciens membres ) ont participé à la rédaction des différents chapitres.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
Serǧilla. Village d’Apamène. Tome I : Une architecture de pierre

Georges Tate, Maamoun Abdulkarim, Gérard Charpentier, Catherine Duvette et Claudine Piaton, Serǧilla. Village d’Apamène. Tome I : Une architecture de pierre, Presses de l’ IFPO, Beyrouth-Damas, 2013, 624 p..

Serǧilla est un des villages antiques les mieux conservés de la Syrie du Nord. C’est un village abandonné situé dans la partie sud du Gebel Zawiye dont les dimensions moyennes ont permis d’en étudier toutes les composantes. Ce premier tome, en deux volumes et dépliants, est consacré à l’étude des vestiges bâtis, constitués en majorité de maisons, mais aussi d’installations artisanales, de tombeaux, d’un ensemble ecclésial, d’une auberge et de bains. Cet ouvrage a obtenu en 2014 le prix Gustave Schlumberger de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

Bronze Age Syrian Gold Jewellery – Technological InnovationGoldwork appeared at the beginning of the 3rd millennium B. C. in Syria. The production of personal gold jewellery, like beads, pendants and earrings, started to increase around the second half of the 3rd millennium B. C. in different cities of Syria, and in particular along the Euphrates river in Mari and Tell Banat. In the later site, which is located at the north of the Euphrates valley, more than 1000 pieces of gold beads and pendants have been discovered. It reveals a great picture of the evolution of gold jewellery technology: development of hammering manufacturing processes, lost-wax casting – even though still rare –, incision methods for linear ornamentation, and the apparition of filigree, granulation and soldering for applied decoration.

This period of innovation in jewellery and precious metals craftsmanship had expanded all over Syria in Palace G of Ebla (BA IVA) on the Levantine coast, in the elite tombs at Umm el-Marra (BA IV) in the Jabbul Plain, at Tell Brak (Akkadian period) in the Djezireh, and during the Shakkanaku period in Mari. Gold technology reached an exceptional level of development thanks to the impulsion of Amorites at the beginning of the 2nd millennium B. C. Craftsmen of Ebla, as well as those of Byblos, always used techniques of decoration such as filigree and granulation for jewellery and weaponry ornamentation, thus exhibiting specific social and symbolic meanings.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

Baudouin Dupret et Jean-Noël Ferrié, Délibérer sous la coupole. L'activité parlementaire dans les régimes autoritaires, Presses de l' IFPO, Beyrouth, 2014, 208 p., mis en ligne sur OpenEdition books le 15 janvier 2014.activité parlementaire dans les régimes autoritaires

L'ouvrage propose une étude praxéologique des débats parlementaires en contexte autoritaire, qui se fonde sur une analyse détaillée des transcriptions de débats parlementaires ayant eu lieu en Égypte, en Syrie et en Afghanistan. Il montre que la forme parlementaire possède les mêmes propriétés de base dans des régimes de nature pourtant différente, de sorte que les différences s'inscrivent dans un continuum et non dans une opposition. Ce comparatisme s'inscrit donc dans la suite des travaux insistant sur l'existence de dispositifs autoritaires dans les démocraties et de dispositifs démocratiques dans les régimes autoritaires. En effet, si l'étude des débats parlementaires dans une démocratie montre que ceux-ci n'ont qu'une portée décisionnelle limitée – la majorité l'emportant indépendamment des points de vue argumentés –, cette même étude, poursuivie dans les régimes autoritaires, montre que les gouvernants sont contraints de respecter les formes parlementaires et de s'ajuster à celles-ci.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

creation romanesqueElisabeth Vauthier, La création romanesque contemporaine en Syrie de 1967 à nos jours, Presses de l' IFPO, Damas, 446 p., publié initialement en 2007 et mis en ligne sur OpenEdition books le 25 juin 2014.

Le roman s’est affirmé au XXe siècle comme un élément incontournable dans le champ culturel syrien, particulièrement à partir des années 70. La période, en effet, est le théâtre d’un développement quantitatif et qualitatif notable dans la production romanesque. Les écrivains prennent alors leurs distances avec le réalisme antérieur et tentent d’établir un nouveau rapport entre vécu national, patrimoine arabe et littérature mondiale, dans une volonté de renouvellement des modes d’écriture. À partir d’un corpus de romans syriens, la présente étude analyse le fonctionnement des textes narratifs et les procédés d’écriture qu’ils utilisent. Elle tente de montrer, en dialoguant avec les œuvres, les évolutions qu’a connues la production romanesque syrienne de 1967 jusqu’aux années 90, ouvrant la voie aux écrivains du XXIe siècle.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

culture et éducationMalaké Abiad, Culture et éducation arabo-islamique au ŠĀM pendant les trois premiers siècles de l'Islam. D'après « Tārīẖ Madīnat Dimašq » d'Ibn 'Asākir (499/1105 - 571/1176), Presses de l' IFPO, Damas, 374 p., publié initialement en 1981 et mis en ligne sur OpenEdition books le 25 juin 2014.

Riches en informations diverses et variées, les ouvrages biographiques constituent une partie importante de l’historiographie arabo-musulmane. L’un d’entre eux, Histoire de la Ville de Damas d’Ibn ‘Asākir, auteur du VIe/XIIe siècle, constitue une source précieuse pour tenter de comprendre comment se sont formées les bases de la culture et de l’éducation arabo-islamiques pendant les trois premiers siècles de l’Islam au Bilād al-Šām.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 11