Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: Tunisie
L'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain ( IRMC) a accueilli le 30 janvier 2015 une conférence du sociologue Michel Grossetti dont l'intitulé était « les réseaux personnels et leurs évolutions ». Cet évènement coordonné par Hasnia-Sonia Missaoui, sociologue en délégation à l'IRMC, s'inscrivait dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud « Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » et de la programmation scientifique de l'IRMC.

Directeur de recherche au CNRS et directeur d'études cumulant à l' EHESS, Michel Grossetti était invité à intervenir sur les réseaux sociaux, une thématique à laquelle il a consacré une part essentielle de ses travaux de recherche. Il a d'ailleurs coécrit avec Claire Bidart et Alain Degenne l'ouvrage La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, publié en 2011. Michel Grossetti était accompagné d'Imed Melliti, chercheur détaché de l'Université de Tunis à l'IRMC et qui était présent en qualité de discutant lors de cette séance.

argaiv1203

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis
Quatre ans après le départ de Ben Ali, un an après l'adoption de la Constitution de la IIeme République tunisienne, un mois enfin après la période des élections législative puis présidentielles, la Tunisie s'est dotée d'un gouvernement par un vote d'approbation au cours duquel 166 voix sur 217 se sont portées en faveur de l'équipe menée par le Chef du gouvernement Habib Essid, désigné par le président de la République nouvellement élu Beji Caïd Essebsi[1].

Une Constitution adoptée, une Assemblée des Représentants du Peuple (ci-après « ARP ») élue, un gouvernement formé : la période n'est maintenant plus aux campagnes mais au travail pour les pouvoirs exécutif et législatif en vue de constituer les instances indépendantes et répondre aux objectifs d'une démocratie moderne dans le respect des droits fondamentaux[2], sous le regard de la société civile[3]. Pour cela, le rôle du Législateur est à la fois d'accompagner et de contrôler l'Exécutif. Ce rapport, prévu dans la nouvelle Constitution, est précisé dans le Règlement intérieur (ci-après « Ri2015 »)[4], tout comme le Règlement intérieur de l'Assemblée nationale constituante (ci-après « Ri2012 »)[5] encadrait les travaux de l'Assemblée nationale constituante (ci-après « ANC ») prévue par la Loi constituante relative à l'organisation provisoire des pouvoirs publics (ci-après « LCst »)[6].

En période de transition et alors que n'existe pas encore la Cour constitutionnelle compétente pour contrôler le Ri2015[7], celui-ci est central en ce qu'il explicite et encadre les relations entre les acteurs politiques chargés de créer la loi, de diriger l'administration et de s'équilibrer selon la théorie de la séparation des pouvoirs. Il apparaît nécessaire de l'analyser afin de clarifier les relations de contrainte et d'influence qui vont se produire entre les acteurs politiques : le gouvernement et le législateur (I), mais aussi entre les partis politiques au sein de l'ARP et de ses commissions (II).

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Commençons par saluer l'initiative d'organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d'une Tunisie propulsée par l'actualité au centre d'interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d'un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l'association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s'est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l'effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l'énergie de la société civile culturelle et scientifique.

Je me limiterai à quelques réflexions inspirées par l'écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances (Une "modernité tunisienne" ? ; Où en est l'état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ?) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis
La journée d'étude intitulée « Littérature tunisienne et révolution », co-organisée par l' IRMC et le CERMOM-INALCO, s'est tenue le 6 novembre 2014 au CREDIF, à Tunis. Elle a réuni des chercheurs et des acteurs culturels, tunisiens et français, pour poser les jalons d'une réflexion sur les changements de la création et du champ littéraires depuis 2011 en Tunisie.
Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

LE CAS DU PARC DU TASSILI N’AJJER ET DU RITUEL DE LA SEBEIBA DE L’OASIS DE DJANET EN ALGÉRIE.

L’objet de notre recherche doctorale vise à tenter de définir les relations et les mises en relations entre le parc du Tassili n’Ajjer, classé sur la liste du patrimoine mondial en 1982, et le rituel de la Sebeiba Tileline de Djanet, inscrit sur le Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2014. Par « relations », nous entendons tout ce qui relève des liens d’interdépendances entre les éléments du patrimoine susmentionnés. Tandis que par « mise en relations », nous supposons une éventuelle liaison à travers des actions de promotions et/ou de lectures effectives par certains acteurs favorisant la connexion entre les éléments classés. S’il convient d’admettre le rapport commun qu’entretiennent ces éléments du patrimoine avec l’ UNESCO à travers leur inscription sur ces listes respectives, il paraît aussi important de relever une dichotomie effective par l’appareil UNESCO entre le patrimoine mondial – alias matériel, naturel et culturel – et le patrimoine immatériel au sein de la grande famille du patrimoine. Toutefois, les directives internationales de cette organisation onusienne concernant le tourisme ne manquent pas de préconiser la mise en avant d’un ensemble du patrimoine culturel (matériel et immatériel) de la destination afin de favoriser la durabilité de son développement à travers un tourisme dit « durable ».

 

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Suite aux évènements dits du printemps arabe, plusieurs pays ont changé de constitution, et ce après différents évènements : révolution, coup d'État, changement institutionnel. Ceci entraîne une évolution des relations entre les forces armées, institution à la base du paradigme wébérien, et le pouvoir civil. Ces transformations seront d'autant plus intéressantes à comparer que les forces armées, acteurs présents dans chacun des États de mon étude, ont agi différemment lors des évolutions politiques qu'ont traversé leurs pays : soumission au pouvoir civil en toutes circonstances au Maroc, retrait volontaire de la scène politique en Tunisie, intervention de premier plan en Égypte.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

L'Histoire de l'alimentation et de la culture matérielle ont connu leur prémices en France à partir de l'école des Annales dans les années 1960, avant de véritablement se développer dans les années 1980, grâce notamment à l'initiative de l'équipe formée autour de Jean-Louis Flandrin. À de notables exceptions, ce champs de recherche n'est véritablement apparu dans l'historiographie du Maghreb, et de la Tunisie en particulier que bien plus tard, dans les années 2000. Aujourd'hui quelques thèses et articles existent sur la question, notamment sur le lien entre l'alimentation et la religion, ou sur certains produits comme la viande ou l'huile d'olive.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

http://irmc.hypotheses.org/

La conférence prononcée par Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales de Tunisie à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain le vendredi 30 mai 2014 sous le titre « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne » a permis de questionner les deux mots clés : « archives » et « transition » à travers leur interaction immédiate et située ainsi que la façon dont les deux notions interpellent analystes, professionnels et usagers de l’information. « Information » et « documentation » sonnent comme des sentences magiques dans les sociétés contemporaines dites fondées sur l’économie du savoir. Aussi confronter techniciens et utilisateurs renseigne-t-il sur les manières de voir et de penser à partir et en fonction de ces mots-valises.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Manifestation de magistrats pour réclamer leur indépendance ! 15 janvier 2014 - Tunis. Crédit photo – AFP/ © Fethi BelaidLe système juridictionnel en Tunisie a joué un rôle historique central à la fois comme instrument de l'autoritarisme et comme foyer de la résistance au régime autoritaire. En effet, le régime de Ben Ali s'appuyait sur le système juridictionnel pour réprimer la contestation au régime. C'est ainsi que les opposants, qu'ils appartiennent aux courants de la gauche ou plutôt aux courants islamistes, ont été les victimes de procès inéquitables. Pour ce faire, le régime avait la main mise sur la magistrature, notamment par le biais de la nomination et de l'affectation des magistrats.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Le Centenaire de la Grande Guerre a connu diverses commémorations et manifestations dans les pays qui étaient alliés en 1914-1918. Pour la Tunisie – alors pays sous protectorat français – une journée d'étude a été organisée par les Archives Nationales de Tunisie (ANT), l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain ( IRMC), l'Institut Supérieur de l'Histoire de la Tunisie Contemporaine (ISHTC) et l'Unité de Recherches Études Méditerranéennes et Internationales.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 12