Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: Tunisie

Plan de situation du gouvernorat de SousseL’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha.

argaiv1222

Le développement durable, pour reprendre une expression de François Mancebo (2006,84), « ne peut se déployer que dans des territoires et par des territoires ». L’introduction des problématiques de développement durable dans les politiques d’aménagement du territoire a accentué l’orientation sociale des territoires en révélant la territorialité qui en découle et qui « implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002, 73).

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Barrage Sidi Salem © commons.wikimedia.orgUn contexte national marqué par l’explosion des besoins en eau et des risques accrus de pénurie

La Tunisie est le pays du Maghreb qui fait face aux risques les plus importants de déficit en eau. Avec une disponibilité de 470 m3/ha/an, le pays est aujourd’hui classé en situation de stress hydrique. Au risque de pénurie, s’ajoute un grave phénomène de dégradation et de contamination de la ressource, résultant de la surexploitation des nappes phréatiques (1/4 d’entre elles), de l’intrusion marine et de la pollution.

L’explosion des besoins en eau, liée à la croissance démographique, à l’urbanisation et à la diversification des activités économiques, entraîne une compétition croissante entre ses divers usages et remet en cause la place prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources hydriques (83% des quantités totales utilisées). Après la mise en œuvre d’une stratégie axée sur la mobilisation maximale des ressources et la construction de grands barrages (95% des ressources sont déjà mobilisées), les politiques de l’eau ont connu d’importantes réformes au début des années 1990. Celles-ci ont visé une meilleure maîtrise de la demande en eau et un meilleur ciblage de son usage, à travers la mise en œuvre d’instruments tarifaires et la diffusion de techniques d’économie d’eau. Elles se sont aussi accompagnées de réformes juridiques et institutionnelles qui ont permis le transfert de la gestion à des associations d’usagers de l’eau, plus couramment nommées groupements de développement agricole (GDA).

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis
Mercredi, 19 Février 2014 17:15

Carnet de l'Irmc : Nabiha Jerad, un an déjà

Nabiha Jerad, un an déjàUne journée d'hommage et de célébration de la mémoire de Nabiha Jerad (1954 – 2012) a eu lieu le 2 novembre 2013 à l'Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts de Carthage (Beyt Al Hikma). La cérémonie organisée à l'occasion du premier anniversaire de sa mort a comporté des témoignages professionnels et amicaux qui ont éclairé le parcours et la formation de l'enseignante et de la chercheure et montré son large spectre relationnel, intellectuel et affectif.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Anthropologie politique des languesCompte-rendu et perspectives de la journée d’étude organisée par le Centre Jacques Berque et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain à Rabat, le 10 mai 2013.

Cette journée se voulait une réflexion commune sur les liens entre langues, identités et politique. 30 ans après la parution du livre de Gilbert Grandguillaume, Arabisation et politique linguistique au Maghreb (1983), elle visait à poser des ébauches de renouvellement de la recherche sur ce sujet. Si il est désormais acquis qu’étudier les langues requièrent de partir « des publics et non pas seulement des États » (Mermier, 2003), leurs ajustements réciproques doivent rester au cœur de notre attention, les institutions et les pouvoirs pouvant répondre aux évolutions linguistiques ou aux pressions sociales par des lois (institutionnalisation de l’amazigh au Maroc) mais aussi produire des attitudes porteuses de nouvelles normes (la langue des dirigeants). Comment rendre compte des changements linguistiques intervenus dans le monde arabe depuis 30 ans sans d’un côté généraliser des grandes tendances et de l’autre se perdre dans le subtil et les contradictions de chaque acteur et de chaque situation ?

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Photographie du camp de Choucha © diplomatie.gouv.frLe camp de transit de Choucha a été ouvert le 24 février 2011 dans le grand Sud tunisien, à quelques kilomètres du poste frontière de Ras Jedir. Son objectif était d’accueillir les déplacés qui franchissaient la frontière tuniso-libyenne durant la guerre civile libyenne. Alors que les déplacés libyens sont accueillis dans des familles tunisiennes ou s’installent directement dans la capitale, les déplacés subsahariens ou originaires de la Corne de l’Afrique transitent dans le camp de Choucha le temps que leur demande d’asile soit examinée par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).

Inscrite dans une approche sociologique, ma recherche vise à analyser la manière dont émergent et se développent les relations interethniques dans des espaces contraints mettant en situation de coprésence des groupes différents dans leur origine nationale, comme le camp de Choucha. La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation sociale du camp en prenant en compte tant les témoignages des migrants placés temporairement dans cet espace que les témoignages des personnels associatifs chargés d’organiser Choucha.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Meeting du parti Ennahdha, Cité Ezouhour, Sousse. Octobre 2011.« Il y a entre islamisme et nationalisme un curieux effet de miroir », Olivier ROY.

Cette recherche vise à comprendre les partis politiques qui se réclament de l’idéologie islamiste au moment où ils ont été appelés à prendre le pouvoir dans plusieurs pays du monde arabe. La victoire d’Ennahdha lors des élections de l’Assemblée Nationale Constituante en a fait un acteur majeur et incontestable de la vie politique tunisienne. Cependant, lorsqu’il est fait référence au mouvement ou au parti de la « Renaissance », un angle mort persiste dans l’analyse : celui de son histoire politique avant la Révolution de 2011. L’étude rétrospective vise donc à mieux comprendre la formation idéologique du parti, étape essentielle dans l’analyse de la transition démocratique actuelle.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Penser la société tunisienne aujourd’huiDirigé par Sihem Najar

Tunis, IRMC-Cérès éditions, 2013, 416 p.

ISBN : 978-9973-19-769-6

Cet ouvrage livre au grand public, les résultats d’une enquête inédite sur la Tunisie contemporaine au quotidien, dans le vécu de ses acteurs. Les auteurs traitent, sans préjugés, de la relation du Tunisien à son corps : le corps voilé du hijâb, le corps vierge, le corps monnayé de la prostituée, le corps traumatisé de l’enfant prématuré. Ils évoquent le lien du Tunisien à son espace de vie : la sociabilité de quartier, la gestion urbaine, la nostalgie des origines chez les populations déracinées (de Djerba, Gafsa, Sfax), ou l’émigration clandestine de la harqua. Sont de même abordées les nouvelles valeurs et les pratiques sociales qui irriguent la société tunisienne : la Saint-Valentin, le satanisme et la « culture métal », les grandes surfaces et la transformation des pratiques alimentaires, le sacrifice de la viande au Sahel. Enfin, des travaux sur les médias tunisiens traitent des représentations de la femme dans la publicité, de la masculinité dans le cinéma, puis des communautés et des réseaux sociaux relayés par Facebook, les blogs, et le piratage informatique.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Maghreb et sciences sociales 2012Thème 1 sous la direction de François Pouillon
Thème 2 sous la direction de Noureddine Amara
Thème 3 sous la direction de Vittoria Capresi et Charlotte Jelidi

Paris, L’Harmattan, collection Études, Chroniques et opinions, 331 p.

ISBN : 978-2-336-00895-0

I. Après l’orientalisme ? Médiations, appropriations, contestations

Thème sous la direction de François Pouillon

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

© RFI – ReutersLa Tunisie organisera, vraisemblablement en automne 2013, ses secondes élections démocratiques depuis la chute du régime Ben Ali. Entre débats d’idées et violentes diatribes contre les adversaires qualifiés d’islamistes, de gauchistes ou de suppôts de l’ancien régime, la campagne s’annonce donc particulièrement animée. Difficile dans ce contexte de cerner la véritable identité des acteurs et les dynamiques à l’œuvre, d’autant plus que l’offre politique est en constante évolution depuis deux ans. Un état des lieux des forces s’avère donc nécessaire, tâche à laquelle est consacrée la présente note.

Deux approches seront à cette fin privilégiées, considérant l’évolution constante de la scène partisane tunisienne, mais aussi les limites habituelles des outils d’analyse quand il s’agit d’étudier des objets politiques non occidentaux.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Tunisie : la révolution et ses passésNicolas Dot-Pouillard.

Paris, L'Harmattan, Bibliothèque de liReMMO.

Deux ans après le départ du président Ben Ali, la fissure entre l’idéal révolutionnaire et le désenchantement démocratique semble croissante. La révolution tunisienne a mis au jour trois césures fondamentales. La première est en un sens la fracture bourguibiste : tous les comptes ne sont pas soldés avec le passé. La seconde touche à la question religieuse et identitaire. L’arrivée d’Ennahda au pouvoir a réveillé des spectres enfouis. La dernière est enfin régionale et sociale. La différenciation entre les côtes et les provinces intérieures apparaît d’abord comme une structure sociale discriminante bien antérieure aux années Ben Ali.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 8