Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: Turquie

A l’automne dernier, au plus fort de la bataille de Kobanê, la Turquie a refusé de participer aux frappes de la coalition menée par les Etats-Unis contre l’Etat islamique (cf. notre édition du 6 octobre 2014) . Au cours du dernier week-end, Ankara s’est félicité de la prise de la ville d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, par les opposants au régime de Bachar menés par Jabhat al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaeda. Au même moment, la Turquie annonce bruyamment sa participation à la coalition « Tempête de fermeté » menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles zaïdites (chiites) houthis qui, après s’être emparé de Sanaa, s’approchaient d’Aden. Familier des déclarations péremptoires depuis toujours, mais plus encore depuis son élection à la présidence de la République, Regep Tayyip Erdoğan a donc prononcé quelques phrases martiales pour annoncer et la participation de la Turquie à l’opération saoudienne contre les houthis, et l’envoi de conseillers militaires à Doha.

argaiv1970

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie, Elif Aksaz.

Bibliographie commentée, proposée à l'occasion du 50e anniversaire de la signature d'un accord bilatéral de main-d'œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965

Ce dossier, tout en resituant les travaux de recherche dans le contexte disciplinaire des sciences sociales nationales, examine comment les travaux de recherche en sciences sociales sur l'émigration turque se sont développés en France et en Turquie, en relation avec l'évolution des interrogations publiques, différemment formulées selon les contextes migratoires. L'examen des questions développées par les sciences sociales à propos de l'émigration et de leur évolution en fonction des transformations des interrogations publiques formulées dans les sociétés d'immigration et d'émigration, permettra une prise de conscience de la dépendance des élaborations savantes vis-à-vis des représentations collectives.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

 

Le mouvement de défense des droits de l'homme en Turquie connait des évolutions importantes depuis les années 2000. De plus en plus de place est donnée à l'intégration de l'expérience internationale en la matière pour avancer sur des questions propres à la Turquie. Cette tendance est particulièrement visible au sein des organisations récentes, qui ont bénéficié d'un climat plus ouvert que les acteurs historiques, formés dans les années 1980 et 1990. Hakikat Adalet Hafıza Merkezi, le Centre pour la Vérité, la Justice et la Mémoire, travaille depuis 2011 à la promotion de la justice transitionnelle, un ensemble de pratiques et de méthodes qui s'est popularisé au cours des dernières décennies dans le monde, mais qui n'a encore qu'un faible écho en Turquie. Cet article a été réalisé à partir de recherches menées d'octobre à décembre 2014 dans le cadre d'un stage de recherche à l'IFEA. Elles entrent dans le cadre d'une réflexion sur le développement du champ international de la justice transitionnelle et sur les pratiques au sein du mouvement de défense des droits de l'homme en Turquie.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul
Est-ce une coïncidence? Depuis le 14 décembre 2014, jour même du début de la vague d'arrestations visant la presse de la Cemaat de Fethullah Gülen ou proche de la Cemaat, le paysage agité de la presse quotidienne turque connaît un nouveau titre, Vahdet. Ce mot d'origine arabe – qui signifie union ou unité – et le sous-titre ou la devise qui figure en frontispice « La nostalgie du Peuple » (Milletin Özlemi) permettent presque à eux seuls assez aisément de situer l'entreprise. La rhétorique est celle de la tradition démocrate conservatrice dont se réclame l'AKP, le Milletin Özlemi renvoyant assez clairement à l'épisode Adnan Menderes (le Premier ministre pendu en 1961). Et le projet est celui de l'unité nationale et de la fraternité de religion, dans un contexte de déchirements au sein du camp religieux-conservateur. Paradoxe de cet appel à l'unité dans une ambiance aussi délétère de suspicion et dénonciation.

Les figures politiques qui se sont penchées sur les fonts baptismaux de Vahdet les trois premiers jours de son existence donnent des indices clairs sur les liens congénitaux du quotidien avec le pouvoir actuel : rien moins que le Premier ministre et un Premier ministre adjoint ; sachant que par ailleurs l'ancien1 Président de la République a récemment rencontré la « tête spirituelle » de Vahdet, Ahmet Mahmud Ünlü (dit « Ahmet Hoca » (né en 1967)).

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

Introduction

Let me start with a confession of sorts. I am a Dutch post-doc researcher that almost ten years ago stumbled, while living in Damascus learning Arabic, into a political sociology of Islamic activism. More recently, also more by chance than by choice, I included an additional focus on Turkey in my research. More often than not, broadening your horizons ends up with surprising insights in unexpected places and topics. This also proved to be true in my case.

I want to use this opportunity to elaborate on one of these insights: the peculiar position Turkey has as comparative case (or not) in scholarship and how this reflects in analyses on Turkey itself. Either Turkey and Arab countries are lumped together as "Muslim countries" in analyses because their inhabitants (and thus their social reality) are seen to be primarily defined by their religion (see for instance Lewis 2004).

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul
L'étude de l'émergence d'un champ d'études arabes et moyen-orientales en Turquie a mis en évidence son éparpillement entre plusieurs secteurs d'activité (universitaire, médiatique, politique, économique) ainsi que son hétérogénéité en termes d'acteurs (centre de recherche universitaires publics et privés, think-tanks pro-gouvernement, instituts de « réflexion stratégique » indépendants, experts individuels multipositionnés etc.). Dans cette dispersion des acteurs, le lien avec l'université comme transmetteur et producteur de savoir, de diplôme et de légitimité se combine avec des logiques de captations de ressources (financement public de la recherche ; prestige procuré par le contrôle de telle ou telle ressource immatérielle) pour esquisser les frontières de ce qui semble bien être un champ professionnel nouveau.
Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

Si l’année 2013 avait largement révélé les déboires des fleurons de la nouvelle politique étrangère turque, notamment ceux de la fameuse komşularlar sıfır sorun politikası (politique du zéro problème avec nos voisins), l’année 2014 aura montré que cet échec était plus grave que ce que l’on avait pu prévoir. Au cours de l’année écoulée, la guerre civile syrienne a eu des effets encore plus dévastateurs, pour la Turquie, que ceux des deux années précédentes. Elle s’est accompagnée d’une déstabilisation inattendue de l’Irak, les deux crises se confortant pour complexifier la question kurde et rendre plus incertains les efforts engagés par Ankara pour essayer de mettre un terme à la guérilla du PKK qui sévit depuis 1984 dans les départements du sud-est du pays.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul
http://www.ardahanhaberi.com/images/haberler/tanap-in-hayata-gecmesiyle-stratejik-onem-artacak.jpg

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a sacrifié à la tradition en effectuant sa première visite officielle de l'année à l’étranger en Turquie, les 15 et 16 janvier derniers. Il est le second chef d’État (après le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas) à être accueilli par une garde constituée de soldats revêtus d'uniformes représentant les seize États ou empires fondés par des Turcs, figurés dans les armoiries de la Présidence de la République turque. Du fait toutefois des relations étroites entretenues par l’Azerbaïdjan et la Turquie, cet apparat revêt une signification symbolique particulière. « Une nation, deux États », selon la formule de l’ancien président azerbaïdjanais feu Heydar Aliev, martelée lors de tous les événements turco-azerbaïdjanais, et qui ferait presque oublier que le Caucase oriental n'a jamais été sous administration ottomane. La visite du président azerbaïdjanais faisait suite à celles de M. Erdoğan, alors premier ministre, à Bakou en avril 2014, puis en tant que président de la République de Turquie en septembre de la même année. Le président Aliev s’était quant à lui rendu en visite officielle en Turquie en novembre 2013 et avait participé au 4ème Sommet du Conseil des États turcophones (Türk Konseyi1) de Bodrum en juin 2014.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français d'études andines

fouleBeaucoup s’y attendait. Depuis le 11 décembre, une foule s’était rassemblée devant le siège du journal Zaman,dans le quartier de Çağlayan, à Istanbul, afin de décourager une éventuelle descente de police qui avait été annoncée la veille par Fuat Avni, un mystérieux usager de Twitter. Ce dernier avait décrit avec force détails la vague d’arrestations qui se préparaient contre des médias réputées gülenistes, avant de convenir que l’opération avait probablement été annulée, suite aux révélations qu’il avait faites. Or, l’opération en question a finalement eu lieu, le 14 décembre à l’aube, frappant 32 personnes dans 13 provinces, principalement des journalistes, des producteurs d’émissions de télévision et des policiers. Parmi les personnes concernées, on trouve notamment le rédacteur en chef du quotidien Zaman, Ekrem Dumanlı, le président de la chaine de télévisionSamanyolu, Hidayet Karaca, ainsi que des hommes de télévision comme Salih Asan, producteurs de plusieurs feuilletons dont l’un (Şefkat Tepe) s’était attiré les foudres de Recep Tayyip Erdoğan en personne, parce qu’il avait représenté le prophète par un éclat de lumière dans un camion !

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

bib ifeaPour le préhistorien que je suis, un cheminement dans la bibliothèque de l’IFEA m’offre un paysage d’ouvrages variés, aux contours évanescents oserai-je ajouter. Soyons honnête, le vaste champ des disciplines de recherches que couvre l’institut ne permet pas d’enregistrer chaque nouvel ouvrage d’archéologie préhistorique dans notre inventaire. Cet état est également la résultante de l’histoire de l’archéologie sur le territoire anatolien, la préhistoire ayant été longtemps délaissée au profit des périodes protohistoriques et classiques. Je tentais déjà de décrire cette histoire de la préhistoire proche-orientale, en 2004, dans la série Patrimoines au présent des « dossiers de l’IFEA » sur OpenEdition Books et en voici un exposé au travers de nos rayonnages.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 31