Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: archéologie

recrutementL' IFPO recrute un chercheur en archéologie et histoire de l'Antiquité pour une prise de poste le 1er septembre 2015.

argaiv1589

Date limite de candidature : 15 novembre 2014

Activités principales

  • Mener des projets et programmes de recherches individuels et impulser des programmes de recherche collectifs , dans la zone de compétence régionale de l'IFPO , en lien avec les thématiques discutées en Conseil scientifique : Espaces publics et privés, échanges économiques au Proche-Orient, dans l'Antiquité
  • Animer les activités de l'établissement(programmes régionaux, organisation de séminaires, encadrement d'étudiants et formation de spécialistes locaux, accueil et animation du réseau des partenaires, publications, ...)
  • Organiser des manifestations scientifiques en partenariat avec des institutions locales, régionales et internationales 
  • Assurer la visibilité des travaux par des publications dans les supports de l'établissement ou dans des revues scientifiques de rang international ou chez des éditeurs scientifiques, promouvoir la communication de l'établissement
  • Rechercher des partenariats, mobiliser des ressources externes, co-financements privés (fondations, entreprises) et publics ( ANR, ERC, FP7, autres programmes européens...)
  • Contribuer à la formation de jeunes chercheurs (suivi de leur parcours animation des séminaires et ateliers de la recherche)
  • Favoriser les travaux de recherche en lien avec les autres UMIFRE

 

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

larsaJean-Louis Huot, L'E.babbar de Larsa aux IIe et Ier millénaires (Fouilles de 1974 à 1985), Beyrouth, Presses de l' IFPO, 2014, 294 p.

Présentation

Le temple de Šamaš à Larsa (sud Iraq), l’E.babbar, a été exploré par une mission française dirigée par Jean-Louis Huot de 1974 à 1985. Des travaux préliminaires, engagés auparavant par A. Parrot et J. Margueron, furent publiés dans Syria. Les fouilles récentes ont été l’objet de rapports de 1974 à 1978, dans Syria également, puis de livres plus substantiels aux éditions ERC. Il demeurait cependant dans les archives des relevés, des inventaires d’objets inédits et des descriptions architecturales précieuses. Ces publications préliminaires n’offraient pas de conclusions synthétiques.
Les événements consécutifs à la guerre du Koweit ont éloigné la perspective d’une reprise des travaux. Le temps était venu de nouer la gerbe. Cet ouvrage n’a pas l’intention de republier ce qui l’a déjà été. La quasi-totalité des relevés architecturaux et des objets présentés sont inédits. On a conclu par une synthèse sur ces vestiges qui s’étendent sur près de 300 m de longueur. Ces bâtiments appartenaient à des projets architecturaux juxtaposés sur une durée de près de deux mille ans. Sur le même site, mais selon des conceptions différentes, des souverains successifs se sont attachés à reconstruire, modifier ou agrandir un édifice digne de Šamaš, au cœur du pays de Sumer.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient
Vendredi, 12 Septembre 2014 10:07

Ifea/Dipnot : Saison de fouilles 2014

fouillesAvec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles. 
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

palmyreJanine Balty, Les mosaïques des maisons de Palmyre, Beyrouth, Presses de l' IFPO, 2014, 70 p.

La publication de ce fascicule permet de redonner vie au projet d’Inventaire des mosaïques antiques de Syrie (IMAS), né en 1990 avec celle de La mosaïque de Sarrîn (Osrhoène) (BAH 140). La préparation actuellement en cours d’un catalogue raisonné des mosaïques du Musée de Ma‘arret en-No‘man et celle d’un volume de synthèse sur les mosaïques de Shahba-Philippopolis constitueront une nouvelle étape dans la poursuite de cette série, en attendant des développements ultérieurs. La Syrie prendrait ainsi la place qui lui revient dans le programme des Corpusde mosaïques, pays par pays, lancé naguère à l’initiative d’Henri Stern.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

Tesson de céramique orné de motifs gougés et incisés accompagnés de motifs imprimés de cercles pointés (VIIIe-IXe s.) © MAFKFSi l’île de Faïlaka, située à l’embouchure du Chatt al-Arab, à l’extrémité nord-ouest du golfe Arabo-persique, est largement renommée pour sa forteresse hellénistique (http://ifpo.hypotheses.org/6123), elle abrite aussi un site majeur mais moins connu, le site médiéval d’al-Quṣūr. Bien que les travaux de la mission concernant les campagnes des années 2011 (http://ifpo.hypotheses.org/2908) et 2012 (http://ifpo.hypotheses.org/4929) aient déjà été exposés, il nous paraît important de dresser ici une courte synthèse des trois campagnes conduites de 2011 à 2013 et de les mettre en perspective les unes avec les autres.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

archeologyy bhaktiEdited by Emmanuel Francis & Charlotte Schmid, The Archaeology of Bhakti I: Mathurā and Maturai, Back and Forth, Institut Français de Pondichéry / Ecole française d'Extrême-Orient, Pondicherry, 2014, 366 p.

About the book

This volume—the outcome of a workshop-cum-conference that took place from 1st to 12th August 2011 in the Pondicherry Centre of the École française d’Extrême-Orient,—is an invitation to practise the “archaeology of Bhakti” with the help of both textual and non-textual sources.Bhakti, broadly defined as an attitude, a strategy or a style of devotion—one that may be intellectual, emotional or rooted in acts of worship—towards God or the Divine, manifests itself through the personal voices of devotees as well as through the collective effort that constitutes the building of a temple. The “archaeology of Bhakti” aims at correlating different realms of representation, such as texts and images, in order to illuminate the elusive, pan-Indian phenomenon of Bhakti. The focus is on sources, agencies and layers. A special attention is given to inscriptions, which belong both to the realm of artefacts and to that of texts, and which help to distinguish royal demonstrations of Bhakti from local manifestations. In the realm of textual sources, “archaeology” is put to work to identify how literary conventions and concepts have formed and been incorporated, layer upon layer, into a given composition.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français de Pondichéry

valérie gilletEdited by Valérie Gillet, Mapping the Chronology of Bhakti: Milestones, Stepping Stones, and Stumbling Stones. Proceedings of a Workshop Held in Honour of Paṇḍ̣it R. Varadadesikan, Institut Français de Pondichéry / Ecole française d'Extrême-Orient, Pondicherry, 2014, 381 p.

Starting around the sixth century of the common era, a new form of fervent religiosity seems to be discernible in the Tamil-speaking South that is often termed the “Bhakti movement”. The eleven essays gathered in this volume all deal with South Indian primary sources related to the various phenomena that can be grouped together under the head of “Bhakti”, which may be broadly defined as personal devotion between a devotee and his god. What characterised the early phase of this “movement”, which in subsequent centuries swept across the whole sub-continent and transformed popular religion in every place that it reached, was the emphasis placed upon the emotional aspect of the relation between the devotee and his chosen deity: the Tamil hymns regularly underline the message that salvation can be attained just through such devotion.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français de Pondichéry

De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistiqueIntroduction

Sur l’île de Faïlaka au Koweït, la forteresse hellénistique de Tell Sa‛id – sur la rive sud-ouest – et le site médiéval d’Al-Quṣūr – au centre de l’île –, ont été l’objet des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne, qui a mené sa troisième campagne du 10/10 au 30/11/2013 (voir « De retour de mission… Faïlaka au Koweït, (article 1) et (article 2) »). La mission a également achevé l’implantation de bornes topographiques reliées au système national de coordonnées koweïtien, destinées à être utilisées par l’ensemble des missions travaillant sur l’île : la zone sud-ouest a été couverte, ainsi qu’une partie du secteur nord. Le matériel archéologique a été traité (conservation, dessin, photographie, bases de données) au fur et à mesure des découvertes ; à la demande du Département des antiquités et des musées (DAM) le matériel de la précédente mission française, mis au jour de 2007 à 2009, a pu être enregistré sur une base de données. Les chantiers ont été relevés et les vestiges protégés avant notre départ. L’ensemble de nos informations a été copié et transmis au DAM.

Comme les deux années précédentes, les implications respectives de l’ IFPO, du National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL) et du DAM du Koweït, de l’ambassade de France et de l’Institut français à Koweït, ainsi que l’aide apportée par Total Koweït et la Fondation Total, ont été décisives pour permettre à la mission de travailler dans les meilleures conditions possibles ; nous remercions vivement l’ensemble de ces partenaires.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

Publication : Cahiers d’Asie centrale “Archéologie française en Asie centrale. Nouvelles recherches et enjeux socioculturels”Sous la direction de Julio Bendezu-Sarmiento, Cahiers d’Asie centrale, n°21-22, octobre 2013

Synopsis

L’archéologie est une discipline scientifique, complexe mais de plus en plus précise, dont l’objectif essentiel est de mieux connaître l’Homme et la société, depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne, grâce à l’étude des éléments matériels mis au jour (édifices, infrastructures, poteries, outils, armes, ossements…). L’archéologue, dans une approche diachronique, trouve l’essentiel de sa documentation grâce à des travaux de terrain (prospections, sondages, fouilles, voire études de collections). Les résultats permettent de mettre en lumière une culture ou une civilisation, une ou des population(s), les étapes d’un passé méconnu.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifeac - Tachkent

Call for applications Fellowships PHD / Post-Doctorate 2014One or two doctoral or post-doctoral research position are vacant at the French Institute of South Africa. IFAS is a French Research Institute Overseas ( IFRE) under the supervision of the French Ministry of Foreign and European Affairs and the CNRS, covering Southern Africa (UMIFRE 25, USR 3336).

These posts are financed through non-renewable (save for exceptional reasons) relocation allowances (Aides à la Mobilité) for a maximum of nine months. Successful applicants will receive the scientific and logistic support of IFAS and will become involved in the scientific life of the Institute by regularly taking part in the ongoing activities (conferences, seminars, conferences, publications, etc.).

Deadline for applications : 11 December 2013

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français d'Afrique du Sud
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 12