Accueil Présentation Axes de recherche Afficher les articles par mots-clés: démocratie

Call for applications Fellowships PHD / Post-Doctorate 2014One or two doctoral or post-doctoral research position are vacant at the French Institute of South Africa. IFAS is a French Research Institute Overseas ( IFRE) under the supervision of the French Ministry of Foreign and European Affairs and the CNRS, covering Southern Africa (UMIFRE 25, USR 3336).

These posts are financed through non-renewable (save for exceptional reasons) relocation allowances (Aides à la Mobilité) for a maximum of nine months. Successful applicants will receive the scientific and logistic support of IFAS and will become involved in the scientific life of the Institute by regularly taking part in the ongoing activities (conferences, seminars, conferences, publications, etc.).

argaiv1301

Deadline for applications : 11 December 2013

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français d'Afrique du Sud

ifea-istambulLe projet « La rue comme lieu d’expression politique » de l’ AUF, BECO et l'équipe « L’e-citoyenneté » de la Nouvelle Université Bulgare lancent un appel à communication pour le colloque "La rue et l'e-rue" qui aura lieu le 3 juin 2013.

La problématique La Rue et l’E-rue s’inspire des irruptions civiques sur les places et les réseaux sociaux à travers le globe dont le  “printemps bulgare”. Les manifestations de dizaines de milliers de citoyens bulgares dans les rues de plusieurs villes du pays depuis le 15 février 2013 stimulent à repenser et à analyser au vif et sur le terrain la rue et à l’e-rue comme lieu central de la réinvention de la démocratie, de la participation citoyenne et de la mobilisation politique.

Les comparaisons et les analyses sont ouvertes aux expériences bulgare, française, roumaine, turque, arabes, et d’autres.

Date limite d'envoi : 15 avril 2013

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

Tunisie : la révolution et ses passésNicolas Dot-Pouillard.

Paris, L'Harmattan, Bibliothèque de liReMMO.

Deux ans après le départ du président Ben Ali, la fissure entre l’idéal révolutionnaire et le désenchantement démocratique semble croissante. La révolution tunisienne a mis au jour trois césures fondamentales. La première est en un sens la fracture bourguibiste : tous les comptes ne sont pas soldés avec le passé. La seconde touche à la question religieuse et identitaire. L’arrivée d’Ennahda au pouvoir a réveillé des spectres enfouis. La dernière est enfin régionale et sociale. La différenciation entre les côtes et les provinces intérieures apparaît d’abord comme une structure sociale discriminante bien antérieure aux années Ben Ali.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

La deuxième réunion du programme conçu et dirigé par Cherif Ferjani à l' IRMC, Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen, s'est tenue à Sidi Bou Saïd les 11 et 12 mai 2012, avec le soutien de l'ISERL (Institut supérieur d'études des religions et de la laïcité de Lyon), de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Sousse et de la Fondation Abdelaziz Ibn Saoud pour les Études Islamiques et les sciences humaines de Casablanca. Le fil conducteur de ces journées fut formulé dans les débats par René Otayek. Y aurait-t-il une religion qui entretiendrait des relations électives avec la démocratie ? Il n'y en a effectivement pas, tout comme il n'y a pas d'auto engendrement de la démocratie, et nous sommes plutôt en présence de longs conflits et négociations, de pressions progressives sous la forme d'une histoire qui peut osciller de la démocratie à la théocratie. Il a fallu d'entrée de jeu qualifier la démocratie : « la démocratie ce n'est pas le consensus mais le conflit même s'il est pacifié » (René Otayek). Et c'est là qu'interviennent les régulations de l'histoire, qu'elles soient positives ou négatives pour la démocratie.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Bulletin trimestriel de l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, n°10, septembre-décembre 2012.

La Lettre de l' IRMC a pour vocation de rendre compte de ses activités : réunions de programmes, séminaires, conférences, sessions doctorales, mais aussi accueil permanent de boursiers et de chercheurs internationaux.

Sur le plan des thématiques abordées, on y retrouvera une dominante sur les dynamiques des sociétés contemporaines et sur les questions d'actualité : mouvements sociaux numériques dans un contexte de transition politique, religions et démocratie en Méditerranée, projets de retour des migrants, problématique de la laïcité... La question de la Tunisie y est abordée en tout premier plan : processus électoraux et territoires, impact des chaînes satellitaires, associations féminines après le 14 janvier, politiques sociales, cultures politiques et identité tunisienne, ainsi qu'une recherche menée au sein de l' IRD sur les dynamiques socio-hydrologiques du Kairouannais.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Irmc - Tunis

Détail de la couverture du livre d’Azmi BisharaAzmi Bishara, ancien député à la Knesset pour le parti Al-Balad, exilé en 2006, aujourd'hui directeur de l'Institut Arabe pour les Études politiques à Doha (Qatar), a publié, au printemps 2012, un court essai intitulé Fî-l-thawra wa-l-qâbiliyya li-l-thawra في الثورة والقابلية للثورة (De la révolution et des conditions de la révolution). Il y réfléchit à la signification du mot « révolution » (thawra ثورة) et en interroge le contenu, avant de s'attacher à une analyse des conditions et des perspectives des révolutions arabes.

Après une longue discussion sur les mots, qui occupe presque le tiers de l'ouvrage, Azmi Bishara examine la nature du phénomène révolutionnaire et sa relation avec la modernité, la question de la liberté et de la démocratie, puis propose une réflexion sur les facteurs à l'origine des révolutions et les modalités de diffusion.

De cet essai, écrit à chaud, qui vise à la fois à rendre justice aux révolutions arabes, et à mettre en garde contre de possibles dérives sectaires, je retiens deux points forts, qui suscitent la réflexion : le premier concerne l'origine du terme thawra ثورة et les mots pour dire la révolution ; le second, la relation entre révolution et question nationale.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français du Proche-Orient

Vinicio Cerezo, Président de la République du Guatemala de 1986 à 1991 ©DR

À l'occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau et du 250ème anniversaire du Contrat social, l'Ambassade de France, conjointement avec l'Alliance française, le Centre d'Études Mexicaines et Centraméricaines ( CEMCA), l'Institut Français pour l'Amérique Centrale et l'Université Rafael Landívar, a organisé les 5 et 6 septembre 2012 un colloque régional intitulé "Quel contrat social pour l'Amérique centrale au XXIe siècle ?".

Réunissant 25 experts des milieux académiques, politiques et de la société civile, venus de tous les pays d'Amérique centrale, autour de conférences et de tables rondes, cette rencontre a permis d'engager des réflexions sur les défis de différentes natures auxquels sont confrontées les sociétés centraméricaines et les solutions susceptibles d'être esquissées.

Article publié dans la catégorie : Actualité du Cemca - Mexico

La guerre des mots entre le gouvernement et l'opposition, déjà latente lors de la célébration du «Kurban bayramı – Eid al-Adha», la semaine dernière, et sur laquelle nous nous étions attardé, lors de notre précédente chronique (cf. notre édition du 28 octobre 2012), s'est muée en un affrontement beaucoup plus ouvert à l'occasion de la célébration de la fête nationale. Le 29 octobre 2012, à Ankara, près de 50 000 personnes se sont massées en effet sur la place de l'ancien parlement d'Ulus, à l'appel du CHP, de formations de gauche et d'extrême-gauche, ainsi que de multiples associations et ONG laïques. On sait que ce rassemblement avait été interdit par le gouverneur d'Ankara, qui avait invoqué des risques de provocations et de violences. La police a donc tenté de disperser la manifestation en usant de gaz lacrymogènes et de canons à eau. 9 policiers et une trentaine de manifestants auraient été blessés. Mais finalement, la police, ouvrant le barrage qu'elle avait dressé, a permis à la foule de défiler jusqu'au mausolée d'Atatürk.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

Ifea/OVIPOT : Tawakkul Karman devient turqueLe 11 octobre 2012, la célèbre activiste yéménite Tawakkul Karman a reçu, du ministre turc des affaires étrangères en personne, une carte d'identité qui lui confère la nationalité turque. Rappelant que la famille de Tawakkul Karman a des origines turques, qui se trouveraient dans la province de Karaman (sud-est de la Turquie), Ahmet Davutoğlu a déclaré notamment que son pays était «honoré qu'une femme issue d'une famille anatolienne ait mené une telle lutte pour la liberté et la démocratie au Moyen-Orient».

 

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Ifea - Georges Dumézil - Istanbul

aym-031-gCarmen Mc Evoy, Mauricio Novoa &  Elías Palti (eds.)

Lima, Institut français d'études andines - IFEA; Instituto de estudios peruanos - IEP, Actes & mémoires, Volume 31, 2012, 499 p.

ISBN: 978-9972-51-350-3

¿Qué es lo que llevo a miles de hombres, a lo largo de un inmenso territorio, a levantarse y estar dispuestos a matar y dejarse matar por la causa de la independencia nacional'? Si este interrogante solo ahora se nos plantea como tal es porque la respuesta a la misma ya no se nos presenta como obvia. Para la historiografia nacionalista el patriotismo no merecia ninguna explicacion, era algo cuya causa resultaba inmediatamente evidente. En todo caso. lo llamativo seria su ausencia, como en el caso. supuestamente, de la élite limeña que habitaba en el nudo del imperio. Esta se volveria asi en blanco de criticas reiteradas. Esta clam que no es esto lo que el presents libro se propone. No se trata aqui ni de destacar el patriotismo de algunos ni de lamentar su ausencia en otros. El desafio es bastante mas complejo: como fue que un imperio que a lo largo de tres siglos fue sumamente estable subitamente colapso, como un régimen politioo que hasta ese momento parecia incuestionable, algo inscripto en el orden natural (la autoridad real no seria sino el correlato de la autoridad paterna en el émbito doméstico), en pocos años se volvio objeto de execracion. En fin, como en el curso de pocas décadas se alteraron drasticamente las coordenadas que ordenaban el orden politioo y la vida social del Perú.

Article publié dans la catégorie : Actualité de l'Institut français d'études andines
<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 4